Badminton Master.

Antoine Maffrand, joue au badminton dans le gymnase du lycée Saint James depuis 4 ans. Entre tournois et matchs intensifs contre son père, Antoine se dévoile comme un compétiteur dans l’âme.

Dans les 

yeux de Félix

NJI fait confiance à des jeunes talents.
Félix, 16 ans, journaliste en herbe, donne la parole à un jeune, qui s’exprime sur sa pratique et sa passion dans un club de Neuilly

Qu’apprécies-tu dans le badminton ?
J’aime le badminton parce que c’est un sport très complet : à la fois physique et mental, on doit rester concentré sur le volant tout en se déplaçant, ça va parfois très vite, il ne faut pas craquer. Et en même temps c’est ludique, il peut y avoir des coups fourbes.

Tu t’entraines 4 fois par semaine, soit 10 heures hebdomadaires, comment équilibres-tu ton travail scolaire et ta passion ?
Je suis en Terminale S, j’ai beaucoup de travail, mais j’ai la chance d’habiter près du lycée et de mon club. Dès que je rentre, j’avance mes devoirs. Je trouve toujours le moyen de dégager du temps pour venir jouer, d’autant que je ne suis pas fan de films et de séries.

Comment faire pour ne pas tomber dans la routine ?
J’ai commencé les compétitions il y a deux ans. Au club, je participe à des entrainements variés : tantôt “libres” ludiques, tantôt “compétition” centrés sur la technique. Ca me permet aussi de jouer avec des joueurs différents : quand un joueur est de mon niveau, je dois me surpasser pour gagner. Quand il y a trop de différence, il n’y a pas de match ! Parfois je joue avec mon père, soit en simple et on se taquine beaucoup ; soit en double, d’ailleurs je commence à atteindre son niveau, et on se bat sur toutes les balles.

Penses-tu progresser quand tu affrontes différents profils ?
Bien sûr, ça oblige à s’adapter à tous les styles de jeu ! Par exemple, contre un joueur qui a peu de force je joue sur le dégagement, contre un adversaire plus fort ou plus grand que moi, je vais plutôt essayer de jouer sur les amortis. C’est toute l’importance de la technique et de l’intelligence de jeu.

Aimes-tu regarder le badminton à la télévision ?
Je ne regarde pas souvent, mais j’ai récemment suivi les championnats du monde, et c’était incroyable ! Il y avait une aisance technique, une puissance impressionnante. Lors d’un smatch, à la sortie de raquette, le volant part à plus de 400 km/h !

Qu’est-ce que le badminton a de plus que les autres sports selon toi ?
C’est un sport ouvert à tous, tous les âges, tous les profils : certains viennent
se défouler après le travail, d’autres viennent s’amuser, d’autres se confrontent aux meilleurs du club avec un esprit de compétition en se donnant à 100%. Contrairement aux idées reçues, c’est très différent du tennis. Je pense que la ville de Neuilly sur Seine pourrait communiquer davantage sur le badminton.