Anne Couzinet. Leçon de vie.

N.J.I. : Présentez-nous votre école et votre compagnie Libre-Jeu…

Anne Couzinet. J’ai monté cette école de danse à Neuilly avec mon mari en 1980. Un an après, nous avons créé la compagnie Libre-Jeu. Tout le staff de la compagnie encadre mes déplacements et mes spectacles. La compagnie finance les spectacles, les décors et les costumes que nous réalisons nous-mêmes. Nous percevons parfois un cachet ce qui permet aux enfants dont les parents peuvent avoir des difficultés financières de rester à l’école. Au cours de ces 36 années, nous avons réalisé 197 spectacles. Nous avons dansé dans les rues en Normandie (Trouville, Honfleur, Cabourg…). Nous sommes allés également à l’étranger et nous avons donné des spectacles dans un festival à Québec en 1991, à Copenhague en 1995 et à New York en 2001. Nous préparons une tournée à Montréal au mois d’août 2017. Les élèves de l’école qui participent aux stages et qui le désirent font partie de cette compagnie.

Vous êtes particulièrement sensible aux valeurs de solidarité et d’entraide…

À l’école, mon but n’est pas seulement d’enseigner la danse, mais aussi d’enseigner la vie. Ainsi, les petites sont prises en charge par les plus grandes. Et puis, nous ne dansons pas que pour nous. Le rôle de l’école est d’apprendre la danse pour offrir quelque chose aux autres. Nous voulons donner des moments de bonheur autant aux personnes âgées qu’aux enfants malades. Nous faisons des spectacles dans les maisons de retraite et à la Fondation Paul Parquet.

Êtes-vous l’unique professeur ?

J’assure, seule, les cours depuis la création de l’école. Parfois, mes « grandes » peuvent momentanément me remplacer. J’ai également fait entrer un professeur de théâtre qui complète bien mon enseignement. Il aide les élèves à parler en public et à passer le cap de la timidité. J’ai commencé l’école avec 24 élèves et aujourd’hui, j’en compte entre 250 et 300, enfants et adultes compris. J’ai 11 classes d’enfants à partir de 5 ans. J’ai été formée par une danseuse de l’Opéra de Paris qui m’a inculqué les règles de ce beau métier. Mais à côté de la base stricte de la danse qui apprend aux élèves la discipline, le respect de soi et des autres, je suis très attentive à la psychologie de l’enfant. Il faut parfois aider un jeune à trouver sa place dans la société et qu’il n’ait pas l’impression que ce sont les autres qui ne veulent pas de lui. L’enfant ne doit pas se sentir comme un petit chat écorché et aller aussi vers les autres. Je souhaite que mes élèves travaillent à la fois sur leur épanouissement individuel et en groupe.

École de danse Anne Couzinet

21 rue Paul Chatrousse

01 47 22 03 22

www.annecouzinet.com