2008 – 2018. Le CMJ fête ses 10 ans !

30 élèves de 5ème et de 4ème ont été élus au Conseil Municipal des Jeunes (CMJ), le 22 novembre dernier dans tous les collèges de Neuilly. Ils s’investissent pour un mandat de 2 ans dans leur Ville qui a mis en place le CMJ, il y a maintenant 10 ans.

Les 30 jeunes élus, munis de leur écharpe, s’apprêtent à poser avec le maire Jean-Christophe Fromantin, pour la photo officielle, devant l’Hôtel de Ville. Et ce samedi 8 décembre restera pour chacun d’eux, un moment solennel et fort. Ces citoyens en herbe, qui n’ont pas encore l’âge de voter, ont eu l’envie de s’engager pour des projets et de participer, à leur façon, à la vie de Neuilly. Ils connaissent leur responsabilité puisque d’autres jeunes neuilléens se sont avant eux lancés dans l’aventure. Mais il y a 10 ans, les premiers élus découvraient leurs nouvelles fonctions, tout juste décrétées en Conseil municipal. « Peu de temps après l’élection de Jean-Christophe Fromantin en 2008, un élève de 5èmeissu de l’Institution Saint-Dominique a écrit au maire pour lui faire part de l’existence dans certaines municipalités, de Conseil Municipal des Jeunes. Le maire a été immédiatement séduit par l’idée et m’a confié comme mission la mise en place d’un CMJ à Neuilly », confie Ariane Gellé, adjointe au maire déléguée à la Vie associative et au Conseil Municipal des Jeunes. « Nous avons choisi le système le plus démocratique », poursuit l’élue. Ainsi, la municipalité organise 5 jours de sensibilisation dans les collèges pour expliquer aux élèves les fonctions des jeunes élus. Ces derniers déposent une candidature en remplissant un dossier – dans lequel se trouve une lettre du maire explicative – puis la campagne se déroule sous 6 jours durant laquelle l’élève candidat rédige une profession de foi affichée dans son établissement. Le vote a lieu le même jour dans tous les collèges publics et privés de la Ville et le dépouillement marque la fin de la journée. « Ce système se calque au plus près d’une élection classique pour un apprentissage du vote le plus réaliste possible », précise Ariane Gellé. Mais ce n’est pas toujours le cas dans d’autres villes. Non seulement chaque commune ne dispose pas d’un Conseil municipal pour les jeunes mais en plus, celui-ci n’est réglementé par aucun texte. Il appartient donc à chaque municipalité qui le met en place, de l’organiser par un règlement en Conseil municipal.

Premier acte citoyen.

Même si les candidats ne peuvent être qu’en 5èmeet en 4èmescolarisés ou non à Neuilly – c’est une nouveauté cette année – tous les collégiens de la Ville peuvent voter pour désigner leurs élus. Pour eux, ce n’est pas vraiment le premier vote puisqu’ils ont déjà désigné des délégués de classe, mais le CMJ représente un premier acte citoyen. « Cette élection me donne envie de voter dans le futur », déclare Lucie, 12 ans. Tout comme Capucine, 14 ans qui a étudié la citoyenneté en classe : « C’est bien d’avoir un jeune de notre âge qui nous représente ». Et pour Violette, 11 ans : « Je me dis que j’ai voté pour améliorer notre quotidien ». Un avis partagé par Marine, 14 ans : « Cela fait avancer la collectivité ». Des élèves plutôt convaincus de l’intérêt du CMJ et des jeunes candidats très motivés. Ainsi, les élus du CMJ font part de leur ressenti. Animée par « le sentiment de vouloir aider les autres », Faustine Ziss d’André Maurois va s’aider durant son mandat, de son expérience de déléguée de classe à trois reprises. Pour Timothée Geffrier de Sainte-Croix, c’est « l’envie d’apprendre le fonctionnement d’une commune et de défendre ses idées ». Noémie Hatchuel de la Cité Scolaire Pasteur connaissait déjà le CMJ grâce à ses cousins, élus précédemment. Son envie : « mener des actions concrètes pour la Ville ». Un avis partagé par Jonathan Hulot de Théophile Gautier qui aimerait œuvrer pour la création de pistes cyclables et l’accès aux personnes en situation de handicap : « Nous représentons les jeunes de Neuilly, c’est une grande responsabilité ». Et Eléanore Michel de Saint-Dominique fourmille déjà d’idées « une carte de réduction pour les jeunes, un pique-nique intergénérationnel », pour cette élève de 5ème, encore impressionnée d’avoir lu la charte de l’élu lors de la séance d’installation.

Séance d’installation.

Une fois le vote terminé, les jeunes élus se retrouvent à l’Hôtel de Ville en salle du Conseil, pour une séance plénière d’installation avec le maire. « C’est le premier moment solennel pour eux. Leur nom est inscrit sur un chevalet devant leur micro. Chacun a sa place autour du maire et de nombreux élus », explique Ariane Gellé. Elle s’est déroulée cette année le samedi 8 décembre. Jean-Christophe Fromantin a prononcé un discours pour installer ce nouveau CMJ. Une séance chargée d’émotion pour ces jeunes et impressionnante puisque certains ne connaissaient pas cette salle historique de la mairie. Ils réalisent ainsi, grâce à ce rassemblement, le sens de leurs nouvelles fonctions. Le maire a commencé par les féliciter pour leur engagement puis a souligné la confiance que les élèves de Neuilly leur avaient accordée. Il a précisé les différentes missions qui vont leur être confiées : l’hommage à travers leur présence aux cérémonies (11 novembre, 8 mai, libération de Neuilly, ravivage de la flamme à l’Arc de Triomphe…), la transmission et l’action grâce aux nombreux projets qu’ils vont devoir mener pendant deux ans dans les domaines de l’environnement, la solidarité, les sports, la culture et les loisirs. Et à peine ont-ils eu le temps d’achever cette séance qu’ils ont participé à leur première cérémonie, en hommage à Jean Mermoz, dans le hall de l’Hôtel de Ville. La jeune élue Rose-Victoria Nsom-Belinga a même accompagné Jean-Christophe Fromantin pour déposer une gerbe de fleurs. Une matinée qui les plonge immédiatement dans leur fonction d’élus. « J’étais particulièrement émue de participer à cette cérémonie », a-t-elle confié. Un sentiment partagé à l’unanimité par les autres élus.

CMJ.

10 ans d’actions.

  • L’amour médecinjoué au Village au profit de l’Alliance Maladies Rares.
  • Concours littéraire au profit de l’associationUn enfant peut sauver un arbre.
  • Tombola au profit de l’associationFidei lors du Week-end du Végétal.
  • Guide sur le vivre-ensemble.
  • Visite du Musée de la Grande Guerre à Meaux avec les anciens combattants.
  • Membre du jury pour les auditions de la Fête de la Musique.
  • Membre du jury Prix Plume, catégorie 13-17 ans.
  • Sensibilisation au gaspillage alimentaire lors du Week-end du Végétal.
  • Tournoi sportif et solidaire inter-collège au profit de l’association A chacun son Everest.
  • Questions pour des Champions à la résidence Beloeil avec les seniors.

Témoignage.

Louis-Batiste Nauwelaerts, ancien du CMJ.

À 21 ans, Louis-Batiste est étudiant en philosophie et surveillant au collège Théophile Gautier de Neuilly. Il a été élu au CMJ en 2010-2012 alors qu’il était en 4èmeau collège André Maurois. Une expérience enrichissante pour cet élu particulièrement investi. « J’étais là à chaque cérémonie et chaque réunion », se souvient-il. Réalisation d’un quizz pour les Journées Européennes du Patrimoine, membre du jury pour les auditons de la Fête de la Musique mais aussi porte-drapeaux lors des cérémonies commémoratives. « Mon grand-père l’avait été, c’était important pour moi », reconnaît-il. Cet engagement si jeune, Louis-Batiste l’explique aussi par l’exemple de sa maman, ancienne conseillère municipale à Rosny-sous-Bois. De ces deux ans, il retient des souvenirs positifs : « On apprend à se tourner vers les autres, on donne du temps pour mener des actions. C’est finalement très formateur et cela apporte une certaine maturité puisque l’on est confronté au monde », conclut Louis-Batiste qui conjugue aujourd’hui son engagement avec l’association Students For Liberty à Nanterre. 

Chiffres

75 candidats en 2018, un record depuis 10 ans.

160 collégiens ont siégé au CMJ de Neuilly depuis sa création.

1979, premier CMJ en France à Schiltigheim en Alsace.