Fiscalité. Vote du budget primitif.

Voté en Conseil municipal le mercredi 12 décembre, le budget primitif de 2019 est conforme à la politique budgétaire de la Ville comme l’explique Nathalie Etzenbach-Huguenin, adjointe au maire déléguée aux Finances, au Budget et aux Marchés publics.

« Malgré un environnement contraint, les finances de la Ville sont solides », rassure l’élue. En effet, depuis plusieurs années, la municipalité perçoit moins de recettes et est davantage ponctionnée par l’Etat mais elle réussit à stabiliser le budget grâce à une optimisation des dépenses. Mais cette année 2019 est marquée par un événement majeur. Le 2 mai dernier, la Ville a gagné le contentieux qu’elle avait avec l’Etat concernant le calcul du prélèvement au titre de la péréquation qui, depuis 2016, se hissait à plus de 20 millions d’euros. Prélèvement permettant une solidarité entre les villes, il avait fortement augmenté en 2016. « Nous sommes passés d’un plafond à 13% à un déplafonnement total. Le prélèvement représentait soudain près de 40% de la fiscalité locale ! », précise Nathalie Etzenbach-Huguenin. Le Conseil d’Etat a ainsi annulé le décret du gouvernement. Une excellente nouvelle pour la Ville qui estime tout de même à 16% de prélèvement au titre de la péréquation pour l’année 2019. Par ailleurs, la Ville subit également une baisse des dotations de l’Etat de 1 million d’euros supplémentaire en 2019. « Dotations que l’on estime à nulle en 2020 », poursuit l’élue.

Une gestion saine et équilibrée des dépenses

La Direction Générale des Finances Publiques a estimé dans un rapport que la Ville menait « une gestion saine, équilibrée et maîtrisée des dépenses ». Nathalie Etzenbach-Huguenin déclare : « La Ville maintient une pression fiscale modérée. Il n’y aura pas d’augmentation des impôts en 2019 grâce à une politique contraignant nos dépenses de fonctionnement ». Ainsi, alors qu’en moyenne les communes ont augmenté leurs dépenses de 6% entre 2013 et 2017, Neuilly a baissé de -1,2%. « Une optimisation de la gestion a permis cette baisse. Cette politique ne nous a pas empêchés de créer de nouveaux services », souligne l’élue. Enfin, le maintien de l’épargne brute permet de financer de grands investissements en 2019 à l’exemple du nouveau Complexe Sportif, du 167, de l’école Michelis et des Allées de Neuilly.