Les aventures de Bérénice

Aujourd'hui, nous vous partageons les aventures de Bérénice Auger. Une jeune femme qui a eu pour projet de partir avec l’association Globalong pour enseigner dans une école de Phnom Penh au Cambodge du 1er décembre 2019 au 21 février 2020. Voici sa première expérience :

Partage d’expérience 
« En France je me sens un peu perdue au niveau professionnel alors je décide de faire une mission humanitaire de 3 mois dans un pays que je ne connais pas, avec des coutumes et une langue que je ne maîtrise pas.
C’est comme ça que je pars avec l’association Globalong pour enseigner dans une école de Phnom Penh au Cambodge du 1er décembre 2019 au 21 février 2020. Première fois de ma vie que je vais en Asie.
Quand je sors de l’aéroport, je meurs de chaud sous ma doudoune et mon pull en laine. Environ 33 degrés.
Quand je prends un tuk tuk, moyen de transport typique, ma première impression est que l’air est irrespirable. La pollution me prend à la gorge.
J’étouffe et je passe ma première semaine à avoir de l’asthme la nuit. Je règle ce problème en achetant un masque anti pollution de l’association française Pour un Sourire d’Enfant.
J’arrive dans l’école et j’observe les cours pendant 3 jours. Puis arrive mon premier jour. Coup de pression : j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Je me retrouve face à une classe de 60 élèves de 6 ans a qui je vais enseigner les bases de l’anglais. En France on m’avait dit que j’aurais 30 à 40 élèves.
Je perds du temps pendant le premier cours à appeler leurs noms et vérifier une par une qu’elles ont bien fait leurs devoirs. Puis les autres cours se passent mieux. Le rythme sera toujours lent car elles sont très nombreuses. On commence par les couleurs : red, yellow, orange, etc. J’ai la même classe tous les jours de 13h à 16h.
Le matin, je prépare mes cours, exercices, chansons, tests … et l’après-midi j’enseigne.
Les filles sont issues d’un quartier très pauvre. Tellement pauvre que l’hygiène ne fait pas partie de leur quotidien… Elles sont mignonnes à craquer mais elles ont les dents noires pourries, signe du manque d’hygiène. Une situation qui m’attriste fortement…J’espère que ce ne sera que leurs dents de lait et que leurs dents d’adultes seront saines.
C’est la préparation de noël dans l’école. Mais comme il fait 30 degrés, je ne ressens pas l’esprit de Noël, que j’associe à un hiver bien froid voire enneigé… »