L’avenue Charles de Gaulle. (1ère partie)

Depuis l’Antiquité, la présence d’un gué, puis d’un bac à partir de 1140, font du village de Neuilly un point de passage pour traverser la Seine. Henri IV est le premier à imaginer une voie reliant le château des Tuileries à celui de Saint- Germain-en–Laye, dans lequel il aimait séjourner. Toutefois, son édit de 1599 ne sera pas réalisé. Le projet commence à se concrétiser sous Colbert avec la prolongation de la perspective ouverte par l’axe du jardin des Tuileries.

Métamorphose

Cependant, ce n’est pas avant la 2ème moitié du XVIIIème siècle que la plaine des Sablons entame sa métamorphose. Jusqu’à la Révolution, cette plaine sablonneuse et inculte qui s’étend de l’Etoile à la butte de Chantecoq sert presque exclusivement aux revues militaires organisées chaque année par le roi. Elle est également utilisée pour le séchage du linge des nombreuses blanchisseries de la ville. En 1786, l’agronome Antoine Auguste Parmentier y tente ses premières expériences de culture de la pomme de terre, tandis qu’un camp de formation militaire, l’école de Mars, y est installé en 1794.

Le pavement de l’avenue en 1778, et surtout la construction du pont de pierre de l’ingénieur Perronet entre 1768 et 1772, font de cette route reliant Paris à la Normandie l’axe principal de la commune. Mais c’est surtout au cours du XIXème siècle, avec l’urbanisation de la ville, que l’avenue se développe : si, à la fin du Premier Empire, on ne compte que 2 maisons entre la rue des Huissiers et la porte Maillot, on en dénombre 130 en 1823. A la demande du maire, Jean-François Delabordère, une foire annuelle est créée en 1815 sur l’avenue, à proximité de l’église Saint-Jean-Baptiste, afin de favoriser le commerce local et d’attirer des promeneurs dans la ville. Elle s’étendra peu à peu sur toute la voie et deviendra la célèbre fête à Neuneu.

Cet axe essentiel de la commune voit se développer à partir de la fin du XIXème siècle de nombreux modes de transport : création de lignes d’autobus et de tramways dans les années 1880-1890 ; ouverture de la ligne 1 du métropolitain en 1900 entre la porte de Vincennes et la porte Maillot, ligne qui sera prolongée jusqu’au pont de Neuilly en 1937, puis jusqu’à La Défense en 1986 ; élargissement des chaussées automobiles en 1936.

Après avoir connu de nombreuses dénominations – grande route de Neuilly, route de Paris à Neuilly, rue de Seine, route royale de Paris à Cherbourg, avenue de la République, avenue de Neuilly – cet axe devient l’avenue Charles de Gaulle en 1971. Les travaux de prolongement du métro jusqu’à La Défense en 1986, sont l’occasion d’enfouir l’avenue sur 435 mètres entre le pont et l’église Saint-Jean-Baptiste, tout en créant en surface deux esplanades avec jardins, sculptures et fontaines, parmi lesquelles le grand Théâtre d’eau.

Infos

⟶ La Vitrine des Archives : du 3 janvier au 28 février 2017 dans le Vestibule d’Honneur, 2ème étage de l’Hôtel de Ville, de 9h à 17h30.

⟶ Pour tous renseignements : archivdoc@ville-neuillysurseine.fr