L’âme du Tango.

Faire connaître, valoriser et enseigner le tango dans l’Ouest parisien, c’est l’objectif de l’association Alma de Tango créée en 2014 par une dizaine de Neuilléens passionnés de tango argentin traditionnel. Daniel Bouiri, président de l’association, fait le point sur les différentes activités.

Quel type de cours proposez-vous ?

Nous avons des cours tant pour les débutants que pour les niveaux intermédiaires. Ils ont lieu le jeudi soir à l’espace Saint-Pierre dans une vaste salle de 230 mètres carrés. L’enseignement est dispensé par un couple de professeurs titulaires. Selon les périodes, nous pouvons également faire venir d’autres professeurs pour que les élèves s’enrichissent d’autres méthodes.

Est-il possible de s’inscrire à tout moment ?

Ceux qui souhaitent s’initier en cours d’année doivent suivent un stage de rattrapage afin d’avoir un niveau cohérent par rapport à ceux qui ont débuté un peu plus tôt. Ainsi, une session de 3 heures sera assurée le dimanche après-midi par une autre association partenaire.

Peut-on danser le tango rapidement ?

Le tango est une danse libre. On apprend des pas de base au départ et après, on improvise à partir de ces fondamentaux. On peut danser pendant des heures à son rythme et selon son interprétation musicale.

Qui vient prendre des cours ?

Le tango se destine par nature à rassembler tout le monde indépendamment de l’âge, du sexe ou de toutes sortes de clivages. Si la nature humaine se charge de créer des divisions, la vocation du tango est de contrebalancer cette tendance en incitant les gens à sortir de leur zone de confort pour aller à la rencontre de l’autre. Seul ou en couple, tout le monde peut venir. Si la parité danseur/danseuse n’est pas assurée, les professeurs font une rotation entre les élèves. Ceux-ci peuvent apprendre à danser avec d’autres personnes que leur partenaire attitré.

Parmi les activités d’Alma de Tango, vous organisez des milongas…

Ces bals permettent aux habitants de Neuilly et à ceux des villes avoisinantes de venir non seulement danser mais également écouter de la musique et regarder des démonstrations de professeurs autour d’un buffet argentin. Nous prévoyons une milonga par trimestre. Les prochaines se tiendront le 17 décembre et le 25 mars.

Quelles sont les nouveautés de cette saison ?

Nous allons développer des ateliers mensuels où chacun pourra rechercher la quintessence du tango. Ce que cette danse peut lui apporter dans sa relation avec lui-même, mais aussi avec l’autre. Ces ateliers spécifiques de 3 heures révèleront les émotions et sensations que l’on éprouve en dansant et en écoutant la musique. Un professeur encadrera chaque personne dans cette découverte intérieure du tango. Par ailleurs, nous proposerons des conférences sur l’histoire du tango, ses origines et sa musique ainsi que deux concerts.

Fin juin 2018, vous avez comme projet le premier festival de tango à Neuilly. Quelles en sont les grandes lignes ?

Ce projet nous tient à cœur. Pendant trois jours, les 29, 30 juin et 1er juillet, Neuilly sera aux couleurs du tango argentin avec des événements prévus dans différents lieux de la ville : cours, conférences, concerts, expositions de peinture et de photos, salon du livre, apéros et cafés tango. Le festival s’achèvera par une milonga prestigieuse avec la participation de maestros venus d’Argentine.

En tant que président quel regard portez-vous sur l’association ?

Je fais partie des membres fondateurs. Et c’est un plaisir de développer Alma de Tango. Neuilly a désormais une véritable structure pour promouvoir le tango argentin. Cette association conviviale joue un rôle de plus en plus important dans la ville. Les gens sont plus nombreux à suivre les cours, les stages et à se rendre aux milongas.

Connaissez-vous l’Argentine ?

Je n’y suis pas encore allé et j’attends d’avoir un certain niveau de danse pour bien en profiter. Avec l’association, nous avons en projet d’organiser un voyage là-bas pour vivre le tango à Buenos Aires.

 www.almadetango.org

almadetangoneuilly@gmail.com