Dans la peau d’une personne âgée.

Près de 160 soignants ont suivi une formation inédite au Centre Hospitalier Rives de Seine en revêtant une combinaison de vieillissement spectaculaire. L’objectif : se mettre dans la peau du patient pour mieux comprendre ses besoins. Selon l’INSEE, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans en France représente près de 20% de la population au 1er janvier 2018. Des chiffres en constante augmentation (15,5% il y a 20 ans) qui ont pour conséquence un accroissement du nombre de personnes âgées en milieu hospitalier. Au quotidien, le personnel médical doit donc s’adapter aux difficultés que rencontrent les seniors : baisse de la vue, de l’audition mais aussi mobilité réduite et troubles cognitifs.

Vis ma vie

Munis d’un casque anti-bruit, de lunettes jaunes pour réduire le champ de vision, d’un système de simulation de l’arthrose des doigts et de 6 combinaisons de vieillissement (pieds, jambes, coudes, bras, cou, torse et dos) pour un poids total de 7 à 10 kg, les soignants se sont, tout à tour, prêtés au jeu. Les infirmières et aides-soignants appartenant à la filière gériatrique du Centre Nord 92, ont bénéficié d’une formation de 3 h, organisée au CH Rives de Seine à Courbevoie, durant 5 jours. Encadrés par un rééducateur et un psychologue, ils ont réalisé différents exercices auxquels leurs patients sont confrontés tous les jours : prendre un repas (lit et fauteuil), se relever après une chute, marcher avec un déambulateur en enjambant des obstacles, se faire accompagner en fauteuil roulant et enfin remplir un questionnaire, rendre de la monnaie et ouvrir un sachet de médicament. Une expérience unique où les gestes perdent d’un coup en précision, le corps plus lourd et la vision réduite comme empreinte d’un brouillard où les repères s’estompent. Une sorte de bulle altérant l’audition et qui plonge ainsi le soignant dans une dépendance déconcertante. Ouvrir un sachet de fromage ou acheter sa baguette de pain devient alors un challenge. « Un grand moment de solitude », confie Emilie, infirmière. Diminuée en mobilité, c’est surtout la baisse de la vision qui l’a handicapée dans ses mouvements. « Je n’imaginais pas à quel point cela pouvait gêner et me contraindre dans les gestes les plus basiques », poursuit-elle. Même si l’exercice l’a parfois fait sourire tant elle s’est retrouvée en difficultés, elle en tire des actions bien concrètes : « Je me suis rendu compte que manger allongée dans un lit était un réel défi inconfortable et je pense que je privilégierais à l’avenir le fauteuil si cela était possible », décrit-elle avant de préciser : « C’est bien, parce que grâce à cette formation, je vais réajuster mes pratiques ». Une mise en situation réalisée en binôme à tour de rôle qui a été suivie d’une séance de débriefing. L’occasion d’échanger sur les différents ressentis et d’évaluer les points à améliorer.

Le saviez-vous ?

En 2007, le gouvernement a créé au plan national, les filières gériatriques destinées à établir une continuité de prise en charge globale des personnes âgées. Le Centre Hospitalier Rives de Seine a reçu la labellisation en novembre 2016 et fait donc partie du territoire nommé Centre Nord 92, regroupant les communes de Neuilly-sur-Seine, Levallois, Courbevoie, Puteaux et La Garenne-Colombes. Cette prise en charge territoriale met en relation tous les intervenants en gériatrie (Centre Hospitalier, urgences, Hôpital de jour, Centre de soins de suite, Centre de rééducation, praticiens libéraux…) et ainsi accompagner le patient au mieux. Cette création a permis, par exemple pour le Centre Nord 92, d’élaborer une fiche de sortie d’hospitalisation pour transmettre les informations médicales, de mettre à disposition des professionnels, un numéro de téléphone dédié pour joindre un médecin gériatre ou encore d’organiser cette formation avec la participation du Gérond’If.