Budget de la Ville. Maintenir le cap.

Le budget de la Ville a été voté en Conseil Municipal le 19 décembre dernier. Rencontre avec Nathalie Etzenbach, adjointe au maire, déléguée aux Finances, au Budget et aux Marchés publics, pour comprendre les orientations budgétaires 2018 de la Ville.

Dans quel contexte le budget a-t-il été voté ?

Le contexte économique demeure fragile. Surtout, le Projet de Loi de Finances non encore définitif pose de nombreuses interrogations sur ses conséquences pour la Ville, notamment celles liées à la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des foyers. Neuilly a déjà été fortement impactée par des années consécutives de baisse de ses dotations publiques (-2 M€ en 2016, -2 M€ en 2017) et d’augmentation des prélèvements de l’Etat sur nos recettes au nom d’une « solidarité » entre communes (passés de 2 M€ en 2012 à 20 M€ en 2016).

La Ville a déposé un recours auprès du Conseil d’Etat en 2016 contre le décret visant à supprimer le plafonnement de la péréquation au niveau de la Commune, qu’en est-il ?

 C’est la plus grande incertitude qui pèse sur notre budget et il n’est pas des moindres : un montant de 8 M€ qui représente 10% des dépenses de nos services. Souvenez-vous, nous avons dû faire face soudainement en 2016 au doublement de nos prélèvements au titre de la péréquation, effet collatéral à la création de la Métropole du Grand Paris, qui sont passés cette année-là de 9 M€ à 20 M€ pour atteindre 35 % de nos recettes fiscales ! C’est ce montant de prélèvements confiscatoires que nous contestons. À ce jour, le Conseil d’Etat n’a pas rendu de décision. Mais si nous perdons ce recours, nous devrons mettre en œuvre de nouveaux plans d’économies et probablement recourir pour le solde à une augmentation des impôts locaux.

Quelle politique budgétaire la Ville compte mettre en place en 2018 ?

Malgré ce contexte, Neuilly conserve de précieux atouts : la baisse des charges de fonctionnement, une fiscalité modérée et un faible endettement. La municipalité poursuit le cap de sa politique budgétaire : maintenir nos équipements, préserver notre cadre de vie et mener des projets d’investissements exceptionnels pour renforcer notre attractivité. Ils concernent la rénovation de l’école Michelis, la construction de l’ensemble multi-sports à Saint-James et le lancement du réaménagement des contre-allées de l’avenue Charles de Gaulle.