Lycée Georges Guérin. Accompagnement et bienveillance.

Lycée polyvalent privé sous contrat avec l’Etat, l’établissement Georges Guérin accueille environ 300 élèves. À la rentrée 2017, il a vécu une transformation profonde puisqu’il s’est ouvert à la voie générale après avoir été pendant 40 ans, un lycée professionnel.

Le lycée porte bien son nom. Georges Guérin est en effet le cofondateur de la Jeunesse ouvrière chrétienne qui, par une formation éducative fondée sur la confiance et les valeurs évangéliques, mène les jeunes vers l’emploi. Avant septembre, le lycée accueillait depuis 1972, des jeunes dans les filières professionnelles pour préparer leur Baccalauréat (vente, commerce, accueil), ainsi que le CAP vente et une 3ème prépa Pro. Aujourd’hui, seule 1 classe de seconde professionnelle a subsisté contre 3 classes d’enseignement général. « Cela s’explique par une moindre demande en professionnel et par un réel besoin en filière générale (ES et S) », explique François-Régis Lequai, chef d’établissement depuis 5 ans. Professeur de français et de latin pendant 15 ans à Sainte-Croix, il a ensuite exercé la fonction de directeur adjoint pendant 10 ans au lycée Notre-Dame-Providence, dans le Val d’Oise. De cette découverte de la filière professionnelle, François-Régis Lequai en mesure les richesses. « L’objectif est de créer une filière professionnelle moins nombreuse mais qui vise à l’excellence. Nous souhaitons offrir un enseignement de qualité tant dans la voie générale que professionnelle », confie-t-il.

 Spirituel et solidaire

Pour une proximité avec les élèves et la possibilité de leur accorder un temps d’écoute et d’accompagnement suffisant, l’établissement a souhaité limiter le nombre d’élèves à 30 par classe en Seconde général. Ici, chacun évolue à son rythme avec pour maîtres mots, la bienveillance et l’exigence. L’équipe pédagogique s’emploie à créer une communauté éducative impliquant les professionnels, les élèves et les parents. Ce lien de confiance avec les jeunes s’illustre notamment dans la pastorale, qui se veut ouverte et festive et dans la mise en place de projets variés avec une attention particulière portée sur la solidarité. « Il est demandé à tous les élèves de Seconde de s’engager dans un projet solidaire », poursuit le chef d’établissement. Une ouverture à l’autre qui éveille les consciences. Nombreux sont ceux qui par la suite se portent volontaires pour mener de grands projets, à l’image de la collecte de fonds réalisée pour permettre la reconstruction de maisons balayées par une tornade en Inde. Un enseignement tourné vers l’autre pour une réussite épanouissante.