Protéger les yeux des écrans.

Maux de tête, fatigue, irritation des yeux, vision floue… Les symptômes liés à l’utilisation des écrans – smartphone, télévision, tablette, jeux vidéos - sont multiples. Depuis une vingtaine d’années dans le monde, les cas de myopie chez les jeunes ne cessent d’augmenter. L’OMS prévoit qu’en 2020, près de 52% de la population sera myope. En cause, un facteur génétique mais aussi environnemental lié aux écrans et au faible nombre d’heures passées à l’extérieur. Un phénomène de santé publique directement lié à nos modes de vie.

Rencontre.

Sophie Chappey-Daudet.

Ophtalmologiste.

 

Quel est l’impact des écrans sur la vue ?

Il est très important et je le constate tous les jours lors des consultations. L’écran ne provoque pas de maladies mais il révèle, par des symptômes, des problèmes sous-jacents notamment chez les personnes atteintes d’hyper-métropie, d’astigmatie, de presbytie ou les porteurs de lentilles de contact. D’une part on retrouve très fréquemment des troubles oculomoteurs qui génèrent des symptômes lors de l’utilisation intensive des écrans. Et d’autre part les écrans provoquent une sécheresse oculaire car l’utilisateur s’empêche de cligner suffisamment des yeux, pour ne pas perdre une miette de l’information. Or, nous devrions cligner des yeux environ toutes les 4 secondes. Cela a pour conséquence directe une diminution du film lacrymal qui est un élément essentiel pour la vision.

Quels sont les symptômes ?

En cas de troubles oculomoteurs, il s’agit de troubles de fixation, maux de tête et même des nausées et des vertiges. En cas de sécheresse lacrymale, les patients ressentent généralement un œil douloureux, une vision floue, une baisse de la vision, un œil qui gratte et une sensibilité à la lumière.

Quel est l’examen pratiqué ?

Pour l’oculomotricité, il convient de réaliser un test de la vision binoculaire et de la convergence. Concernant la sécheresse, on réalise l’examen au microscope desglandes meibomius qui produisent le film lacrymal et le test à la fluorescine appelé également test du Break up-time (BUT) pour vérifier la qualité du film lacrymal (après instillation d’une goutte de fluorescine dans l’oeil). Le résultat est instantané.

Quel est le traitement ?

Pour les troubles oculomoteurs,il faut avant tout, obtenir une vision binoculaire pour un attelage parfait entre les deux yeux qui ne peut être réalisé qu’après une parfaite correction des yeux. Une rééducation orthoptique est parfois nécessaire pour réapprendre aux yeux à fonctionner ensemble. Pour la sécheresse oculaire, le patient devra réaliser des massages des paupières inférieures et supérieures et se rééduquer pour cligner suffisamment des yeux. En attendant la récupération de sa propre sécrétion naturelle, il pourra instiller des larmes artificielles.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il est conseillé de bien régler son ordinateur, le haut de l’écran devant être à la hauteur des yeux et à une distance deux fois supérieure à la taille de l’écran. Il vaut mieux augmenter la taille de la police que se rapprocher de l’écran. L’ordinateur ne doit pas être placé face à la lumière (plutôt sur le côté) et il est recommandé de placer une image sur le mur situé en face de l’utilisateur pour faire voyager l’œil (paysage par exemple). Il convient de faire des pauses de 5 minutes pour 1 heure de travail de saisie et toutes les 2 heures pour un travail normal. Attention aux lunettes à filtres qui n’enlèvent que 20% des lumières bleues et augmentent la myopie chez les enfants. Si des symptômes apparaissent, consultez votre ophtalmologiste.

 

Mode d’emploi.

Clignements des yeux.

Fermer les yeux et compter jusqu’à trois. Serrer les paupières et compter jusqu’à trois. Ouvrir les yeux et compter jusqu’à trois. Répéter la séquence cinq fois d’affilée, dix fois par jour.

 

Chiffres

15 clignements par minute conseillés.

3h, temps recommandé pour les enfants par jour en extérieur.